Contribution des Prêtres du Sacré-Cœur (Dehoniens) à l’évangélisation du Cameroun

RSS
Follow by Email
Facebook
Facebook
Twitter

Les Prêtres du Sacré-Cœur appelés les Dehoniens sont les membres d’une Congrégation fondée en France par l’Abbé Léon Dehon, né à la Capelle en France, le 14 mars 1843 et décédé le 12 août 1925 à Bruxelles. La Congrégation est fondée en 1878, d’abord sous le nom des oblats du Sacré-Cœur de Jésus qui deviendra les Prêtres du Sacré-Cœur de Jésus en 1884. Dehon voulait donner à l’Eglise un nouveau type de prêtres qui sont des prophètes de l’amour et des serviteurs de la réconciliation. On comprend par cet objectif que son œuvre a pris naissance dans un contexte trouble, à savoir, la crise sociale générée par la seconde révolution industrielle en Europe de la fin du XIXe siècle qui a créé la haine et les divisions dans la société européenne.

L’œuvre traverse rapidement les frontières de la France. A la dernière décennie du XIXe siècle, les Dehoniens sont présents en Belgique, en Allemagne, au Luxembourg, au Pays-Bas, à Rome, au Brésil du nord et au Congo Belge. Cette extension requiert l’organisation de la congrégation en provinces pour canaliser les énergies, éviter l’existence d’un seul centre de décisions et permettre à tous de prendre en main la responsabilité de la congrégation. Le septième chapitre de la congrégation tenu au scolasticat Notre Dame du Congo à Bruxelles, les 15 et 16 septembre 1908, vote pour la division administrative de l’institut. Désormais il y aura deux provinces : la province occidentale comprenant la France, la Belgique, l’Italie, le grand Duché du Luxembourg et la province orientale comprenant l’Allemagne et l’Autriche. Les noviciats des deux provinces se trouvent tous au Pays-Bas à Hasten pour la province occidentale et Sittard pour la province orientale. En 1911, les deux provinces deviennent la province française (occidentale) et Allemande (orientale). Ce sont les fils du Père Dehon de cette province allemande qui iront pour l’évangélisation du Cameroun. Au fils des ans et suite à des contingences historiques, ils seront suivis dans cette mission par des Dehoniens d’autres nationalités. Nous voulons présenter dans cet article leur contribution pour la naissance, la croissance et l’épanouissement de l’Eglise camerounaise.

Poursuivre la lecture en version PDF